Les modes d'action

 

 

Les différents modes d’action de l’antibiotique

 

Le principe d’action de l’antibiotique est de bloquer sélectivement une des étapes du mécanisme essentielles à la multiplication ou même à la survie des bactéries. Ce mécanisme ciblé pas les antibiotiques est souvent spécifique aux organismes procaryotes (comme les bactéries) et n’a pas d’impacte sur les cellules eucaryotes (qui possède un noyau) comme chez l’homme. Grâce à cela l’antibiotique va tuer et bloquer le développement des bactéries sans avoir d’impacte sur les cellules du patient traité.

Il existe plusieurs cibles d’action pour l’antibiotique :

mode-d-action-antibiotique.jpg               Schéma des différents modes d'action des antibiotiques

I) Les différents modes d’action des antibiotiques

      Action sur la paroi : Inhibition de la synthèse de la paroi bactérienne

 La plupart des bactéries possède une paroi qui les protège de l’extérieur, celle-ci va énormément croitre lors de la division bactérienne. La paroi se forme grâce à une machinerie de synthèse qui en fabrique les différents composants. L’action des antibiotiques permet d’empêcher cette synthèse. Ainsi la paroi ne peut plus être formée et la bactérie se désorganise. Cela permet d’empêcher la bactérie de former de nouvelles bactéries et peut détruire celles déjà présentes. La famille des bêta-lactamine fonctionne selon ce mode d’action. Notons que les antibiotiques qui agissent sur la synthèse du peptidoglycane ne fonctionnent pas sur les bactéries qui ne possèdent pas de paroi comme les protoplastes.

     

 Action sur la membrane : Inhibition de la synthèse de la membrane

 Certains antibiotiques possèdent des propriétés qui leur permettent de s’introduire à travers la paroi (grâce à un mécanisme très complexe) et qui va empêcher la synthèse de la membrane cytoplasmique ce qui va perturber l'imperméabilité de la membrane. Cette perturbation  va permettre la fuite des composés cellulaires. Ce qui entrainera la mort de la bactérie.

 

 Action sur l’ADN : Inhibition de la synthèse de l’ADN

 Les antibiotiques peuvent se fixer sur l’ADN et donc empêcher la formation de l’ADN polymérase. Cela entraine une inhibition de la réplication de l’ADN ce qui est indispensable à la formation de nouvelles bactéries et à la transcription. Les fluoroquinolones agissent suivant ce mode d’action.

 

Action sur les protéines : Inhibition de la synthèse des protéines

   La synthèse des protéines est un processus essentiel des cellules vivantes. L'acteur central de ce processus dans lequel l'ARN messager est traduit en protéine est le ribosome. La traduction et les ribosomes des bactéries sont sensiblement différents de ceux des eucaryotes (cellule humaine). Il existe un grand nombre de molécules antibiotiques qui exploitent ces différences et sont capables de bloquer sélectivement la traduction des protéines chez les bactéries, mais pas chez l'homme ou l'animal. Ce manque de protéines chez la bactérie va l’entrainer a la mort.

  

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site