Conclusion

   Nous avons donc étudié les effets antibiotiques de l’oignon ainsi que sa compostion à l'aide d'un antibiogramme et de recherche sur leurs constituants. Nos expériences nous on démontrer, avec le cercle d'inhibition, que l'oignon avait bien un effet antibiotique mais qui restait négligeable face à celui d’un antibiotique artificiel. D’après nos études sur la composition d’un antibiotique et d'un oignon, nous avons pu voir que cet effet provient d'une substance qui est produite par les antibiotiques et presente majoritèrement dans le jus de l'oignon, l'allicine. L'allicine étant d'après nos recherches un puissant antimicrobien.


                          


Nos projets :

   L’oignon ne pouvant pas être un alternatif naturel assez efficace pour remplacer les antibiotiques artificiels, nous aurions donc aimé pouvoir par la suite mettre en place les tests effectués précédemment pour trouver d’autres alternatives qui elles seraient efficaces. Nous avions donc commencé à chercher sur internet et avons trouvés que d’après de récentes expériences il existerait de nombreux antibiotiques naturels tel que la canneberge, la propolis, le ginseng, l'echinacea purpurea mais principalement l’ail qui serait 100 fois plus efficace qu’un antibiotique grâce à sa contenance fortement élevé d'allicine. Si nous avions eu plus de temps nous aurions donc renouveler nos expériences avec à la place de l’oignon ces ingrédients pour pouvoir voir s'ils ont un effets antibiotiques plus ou moins efficace que celui de l'oignon et d'un antibiotique. Et ainsi peut-être trouver un antibiotique naturel avec des effets suffisants pour palier aux effets néfastes des antibiotiques artificiels.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×