Expérimentation

  

Pour prouver l’effet antibiotique de l’oignon, nous avons donc décidé de réaliser un antibiogramme. Pour réaliser celui-ci, nous devons extraire du jus d’oignon et imbiber des petits disques que nous déposerons dans notre boite de pétri. Dans cette boite de pétri, il devra y avoir un milieu de culture afin que les bactéries Escherichia coli puissent se développer.

  Réalisation

Nous avons dû extraire le jus d'oignon (un rouge et un blanc). Pour ce faire, nous avons découpé nos oignons, et nous avons pris la partie qui se trouvait entre l’extérieur de l’oignon et le centre. A l’aide d’un presse ail nous avons extrait du jus, que nous avons mis dans des tubes à essais. Par manque d’organisation et de temps nous avons dû congeler nos préparations pour les utiliser la semaine d’après. Une semaine après nous avons donc réalisé l’antibiogramme. Nous devions manipuler sous une hotte afin de ne pas contaminer les boites de pétri. A l’aide d’un oeses nous avons étalé les bactéries (Escherichia coli) dans un milieu de culture situé dans les boites de pétri. Avec une pince, nous avons imbibé un disque de jus d'oignon rouge puis un autre disque de jus  d'oignon blanc. Nous avions également deux pastilles d’antibiotique comme élément témoin ( NA30 et TE30). Nous les avons placées dans la boite de pétri le plus éloigné possible les uns des autres pour eviter que leur cercle d'inhibition se confondent et nous empêchent de lire nos résulats. Nous avons réalisé deux boites de pétri identiques, au cas où l'une des deux ne serait pas exploitable et nous avons placé celles-ci en étuve à 37 degrés pendant une semaine. Au bout d’une semaine nos résultats n’étaient pas exploitables, une des deux boites était contaminée et sur l'autre seules les pastilles d'antibiotique avaient fait effet.

Nous avons failli baisser les bras mais nous avons mis cet échec sur le dos de la congélation de l’oignon. Nous nous sommes donc mieux organisés pour tout réaliser dans la même séance, et cette fois ci nous avons obtenu d’intéressants résultats. Les deux boites n’étaient pas contaminées par le milieu extérieur. Pour observer nos résultats nous avons placé nos boites sur un rétroprojecteur. Autour des deux antibiotiques nous observons deux importants cercles d’inhibition. Les bactéries ne se sont pas développées dans ces cercles, ce qui prouve l’efficacité de ces antibiotiques contre cette bactérie. Autour du disque de l’oignon rouge, on observe un petit cercle, certes beaucoup plus petit que celui de l’antibiotique mais cependant non négligeable. Nous avons donc pu conclure que notre oignon avait un réel effet antibiotique. Pour l’oignon blanc le cercle est moins important mais néanmoins existant.

Notre expérience a donc réussi cette fois ci et nous avons obtenu les résultats que nous attendions.oignon.jpg

Shéma de nos résulats

                                                               

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×